GR® 68: Randonnée autour du Mont Lozère

GR® 68: Randonnée autour du Mont Lozère

Ayant quelques jours devant moi avant de rejoindre des amis en Haute Savoie, c'était l'occasion idéale pour me lancer dans mon premier GR®.

Idéalement situé sur ma route, j'ai jeté mon dévolu sur le GR® 68 sur lequel j'ai trainé mes baskets du 7 au 11 septembre.

Le parcours

En plein coeur des Cévennes, le GR® 68 fait (littéralement) le tour du Mont Lozère. Longue de 115 kilomètres cette randonnée oscille entre 542 mètres et 1449 mètres d'altitude pour un dénivelé positif cumulé de 4815 mètres (selon les informations disponibles sur le site gr-infos).

Ce GR® fait une boucle au départ de Villefort (bien qu'après tout, s'agissant d'une boucle, il pourrait se faire de n'importe où). Cela facilite clairement la logistique et a donc influé sur mon choix.

Je suis arrivé dans la nuit de mercredi à jeudi à Villefort. L'idée était de préparer le GR® le jeudi et de le commencer le vendredi. Finalement, après une courte nuit de sommeil, un passage à l'Office du Tourisme pour récupérer quelques infos sur l'itinéraire puis à la maison de la presse pour récupérer le TopoGuide du GR® et la carte IGN correspondante (2739 OT) j'ai décidé de commencer la randonnée dans la foulée.

Premier jour: De Villefort à Bleymar

Il est donc midi passé lorsque je pars de Villefort. Le temps est au beau fixe, il fait chaud mais pas au point que la marche soit insupportable.

Le sentier partant de Villefort grimpe rapidement et à peine parti on a déjà une magnifique vue sur le lac de Villefort que je découvre à ce moment là.

Si les premiers kilomètres sont difficiles le temps de trouver mon rythme, les suivants s'enchainent bien mieux, toujours entouré d'un magnifique paysage.

Je fais étape au gîte Chez le Poulitou. L'accueil est chaleureux et le repas du soir est l'occasion idéale de discuter avec les autres randonneurs présents qui tous sans exception font le chemin de Stevenson (GR® 70). Il semblerait que le GR® 68 ne soit pas le plus populaire de la région, du moins à cette période.

Deuxième jour: De Bleymar à Florac

Cette fois, pas question de partir à midi ! A sept heures je me mets en route, profitant ainsi d'un magnifique levé de soleil et de conditions de marche idéales.

D'autant plus que l'étape que je me suis fixée aujourd'hui est ambitieuse: 36 kilomètres pour arriver jusqu'à Florac.

Tout se passe bien en début de journée. Comme je l'ai dit le temps est idéal, le paysage toujours aussi magnifique et j'ai la chance de croiser la route d'un âne, de deux renards et de nombreux bovins, c'est donc un réel plaisir de se promener dans cette région.

La fin de l'étape est en revanche beaucoup moins attrayante. Le chemin menant à Florac ne présente en effet que peu d'intérêt dans ses derniers kilomètres et pour couronner le tout, j'ai quelques difficultés à trouver un hébergement pour la nuit.

J'arrive finalement en fin d'après-midi à Florac ou je dormirai au camping le val des Cévennes dans une tente confortable à un tarif avantageux. On sent que la fin de la saison approche à grand pas, le camping n'est en effet pas très fréquenté.

Troisième jour: De Florac à Saint-Maurice-de-Ventalon

Si les conditions de la journée précédente étaient idéales, ce n'est clairement plus le cas aujourd'hui. Il pleut. Je retarde autant que possible mon départ en espérant sans trop y croire que la pluie se calme malheureusement lorsque finalement je me mets en route vers 10h, il pleut encore et toujours.

L'étape d'hier (en plus d'être ensoleillée) ne présentait pas un énorme dénivelé. Ce n'est plus le cas aujourd'hui ! Florac étant en effet le point le plus bas du GR®, il faut maintenant remonter vers les sommets en suivant la draille, omniprésente sur la seconde partie de la randonnée.

Pour couronner le tout, je me trompe de chemin peu de temps après le départ en suivant le GR® 70 dans le mauvais sens. Résultat des courses, pas loin de deux kilomètres de détour.

Heureusement, deux heures après être parti, le plus gros de la montée est derrière moi, la pluie s'est arrêtée, le soleil commence timidement à faire son apparition et je suis sur le bon chemin !

Fait notable ce jour là, je croise d'autre randonneurs. Les GR® 68 et 70 s'étant rejoint je ne suis plus le seul dans ces paysages toujours aussi magnifiques.

Au terme de cette journée, je passe la nuit dans une yourte à la cavale du Ventalon où j'ai été extrèmement bien accueuilli par Amélie et Trazate. N'ayant précédemment jamais dormi dans une yourte, c'était une expérience intéressante (et j'y ai très bien dormi).

Quatrième jour: De Saint-Maurice-de-Ventalon à Toureves

Départ à 7h30 de Saint-Maurice-de-Ventalon où je rejoins rapidement le GR®. Le ciel est couvert et il fait frais mais il ne pleut pas et les couleurs du paysage sont tout simplement magnifiques.

Pas mal de dénivelé prévu (positif comme négatif) pour cette journée, notamment une très longue descente jusqu'à Toureves, à mi-chemin entre Saint-Maurice-de-Ventalon et Villefort et donc, de l'étape du jour. Car c'était bel et bien mon objectif: arriver à Villefort à la fin de la journée.

Malheureusement, mauvais mouvement ou fatigue cumulée les jours précédents, ma cheville gauche en a voulu autrement. Après une descente éprouvante, je me suis finalement arrêté au Mas de Toureves. J'y ai été très bien accueilli bien qu'en cette fin de saison je sois le seul randonneur à y passer la nuit.

Cinquième jour: De Toureves à Villefort

Après une bonne nuit de sommeil, ma cheville va un peu mieux, bien que n'étant pas totalement remise.

N'ayant plus qu'une quinzaine de kilomètres à parcourir avant d'arriver à Villefort, je prends mon temps et profites un bon moment de la vue incroyable depuis le Mas. Des Alpes à la Méditerranée, Jacques, le taulier, connait ce panorama comme sa poche et me nomme la plupart des cols, vallées et villes visibles. Après avoir chaudement remercié cet homme bourru mais accueillant à sa manière, je fini par me mettre en route.

Les premiers kilomètres sont difficiles faute à un dénivelé important et à une cheville encore un peu récalcitrante. Je prends mon temps, inutile d'abimer ma cheville plus qu'elle ne l'ai déjà et je profites du paysage sachant l'arrivée proche.

Après quelques kilomètres de randonnée sur la ligne de crêtes, la dernière descente jusqu'à Villefort arrive et avec elle la fin de cette superbe randonnée.

Je ne regrette absolument pas de mettre lancé dans ce premier GR®. Paysages magnifiques, journées variées tant au niveau du temps qu'au niveau des étapes, le tout aggrémenté de quelques rares rencontres très intéressantes.

Quelques photos